Élections présidentielles de 2022 : l’analyse rhétorique des discours

Les meetings politiques constituent certainement l’illustration la plus typique de l’art oratoire. L’analyse des discours prononcés par les candidats à une élection présidentielle est donc très intéressante pour comprendre comment fonctionner la rhétorique. Fondamentalement, des tribuns se succèdent pour tenter de convaincre les citoyens de la justesse de leur vision de la cité, de ce qu’il convient de faire pour gouverner, et donc pourquoi il faut voter pour eux.

Lecture 8 minutes

Si des communicants controversés tels qu’Alastair Campbell ou Steve Bannon innovèrent par des techniques avant-gardistes pour faire élire leur champion, il reste difficile de savoir dans quelle mesure les fake news ou la publicité ciblée sur les réseaux sociaux emportèrent réellement l’entrée en guerre du Royaume-Uni contre l’Iraq ou l’élection de Donald Trump.

Autrement dit, le discours prononcé dans un gymnase périurbain a encore de beaux jours devant lui. Et d’ailleurs, tout le monde est convaincu que la candidate à présidence de la République française de 2017, Marine Le Pen, a perdu l’élection après un débat considéré comme raté par les spécialistes, face à Emmanuel Macron.

Ainsi, la formule n’a pas changé d’un pouce depuis Aristote, même à l’heure des médias de masse et des réseaux sociaux : un bon discours convainc, emporte l’adhésion et parfois l’élection, surtout s’il est bien construit.

Et c’est ce point précis qui va nous intéresser dans cette série d’articles et d’analyses : est-ce que l’étude rhétorique des discours prononcés par les candidats à l’élection présidentielle de la France en 2022 permettra de trouver le futur vainqueur ? A tout le moins, nous parviendrons à dégager les moyens mis en œuvre par les politiciens pour essayer de persuader le plus d’électeurs, ainsi que leurs univers thématiques.

Notre objet n’est donc pas d’étudier les discours sur le plan politique ni encore moins la véracité de ces derniers. Ce que nous voulons savoir, c’est si les candidats, dans certains discours notamment ceux d’entrée en campagne qui sont essentiels, sont de bons rhétoriciens ou non.

Si vous n’êtes pas versé dans l’art oratoire, nous vous proposons de consulter cette vidéo où notre consultante Aurélie explique en deux minutes la base de la rhétorique d’Aristote, notamment de ses trois composantes essentielles : l’ethos, le logos et le pathos.

Vous êtes au point ? Découvrez sans plus tarder notre analyse rhétorique des discours des principaux candidats à la présidentielle 2022.

Nos analyses des discours de lancement de campagne des cinq principaux candidats

Notre méthodologie pour l’étudie rhétorique des textes

Le champ d’étude des caractéristiques rhétorique d’un discours peut être assez vaste et, sur certains aspects, comme l’apparence ou la gestuelle par exemple, introduire une part de subjectivité.

Aussi, afin d’effectuer nos recherches le plus rigoureusement possible et d’éviter au mieux les biais politiques, nous avons défini la méthodologie suivante.

  • Tout d’abord, nous n’avons retenu que les candidats qui se situent à plus de 10 % d’intentions de vote dans les sondages, sur une période significative.
  • Ensuite, nous nous sommes focalisés sur le premier discours d’ouverture de campagne, en général prononcé lors d’un grand rassemblement politique.
  • Afin d’effectuer certaines analyses textuelles automatisées, nous avons retranscrit les discours vidéo en texte.
    Nous avons utilisé pour cela le SaaS Trint, qui facilite le travail en dégrossissant la tâche avec une IA. S’agissant d’un résultat automatique, nous avons pris le soin de nettoyer ensuite « à la main » les textes pour nous assurer d’obtenir un résultat fidèle au prononcé.
  • Pour calculer la fréquence des mots et dégager certaines tendances dans les textes, nous avons eu recours à Tropes, logiciel développé par Pierre Molette et Agnès Landré sur la base des travaux de Rodolphe Ghiglione.
    Il existe un certain nombre de logiciels et de langages d’analyse de texte, mais celui-ci a notre préférence pour ce type d’analyse. La construction du scénario d’analyse est relativement aisée et les résultats rapidement interprétables.
  • L’interprétation des résultats est le fruit de l’expertise d’un consultant en communication du cabinet de conseil RHETORIKE, qui travaille au quotidien sur le discours des entreprises et des marques.
  • La grille de lecture utilisée se base sur la rhétorique telle que théorisée par Aristote, et notamment sur le triptyque du discours : le logos (l’exposé des arguments), l’ethos (la crédibilité de l’orateur) et le pathos (sa capacité à persuader).
  • Afin de pouvoir opérer une forme de comparaison entre les discours des candidats, nous avons attribué un score pour chacune des composantes du discours (logos, ethos, pathos).

Nous espérons pouvoir obtenir, par l’analyse de ces discours, un instantané de l’état d’esprit et de la stratégie des candidats importants de la prochaine élection présidentielle. La cohérence entre leur discours et leurs objectifs sera, de toute évidence, une des clés pour accéder à la magistrature suprême.

Nos résultats de l’analyse des discours des candidats

L’analyse textuelle et l’analyse rhétorique ne constituent certainement pas une baguette magique pour voir dans le futur. En revanche, l’étude attentive et minutieuse du premier discours de chaque candidat en dit long sur le reste de sa campagne et, somme toute, de ses chances.

Pour Jean-Luc Mélenchon, par exemple, il n’y a pas de surprise. Le tribun chevronné se focalise peut-être moins sur sa dernière bataille que sur son héritage. Incontesté, il ne s’étend pas sur son ethos, préférant discourir comme le professeur et le journaliste qu’il a été (logos), et faire vibrer son auditoire (pathos). Conforté sur ses fondamentaux, il est, à mi-mars, la seule composante de gauche qui aurait encore une chance d’atteindre le second tour.

Score des composantes du discours de Jean-Luc Mélenchon
Ethos
Pathos
Logos

Le défi pour Eric Zemmour était de mettre en sourdine le pathos envahissant du polémiste pour faire exister le candidat (logos et ethos). Le discours de Villepinte remplit le contrat : ses scores dans les sondages restent à deux chiffres et ses thèmes sont partout.

Score des composantes du discours d'Eric Zemmour
Ethos
Pathos
Logos

Le fiasco du Zénith de Valérie Pécresse constitue un boulet pour sa campagne. Ou alors c’est qu’elle n’a tout simplement pas la carrure pour une telle élection. Quoi qu’il en soit, au lieu de s’appuyer sur son côté expert, le logos, elle fait montre d’un ethos qui confine à l’autopersuasion puis se noie dans un pathos d’emprunt (à la droite radicale) et le ridicule (des références cinématographiques cheap). L’excuse du « Pécresse-bashing » est un enterrement de première classe.

Score des composantes du discours de Valérie Pécresse
Ethos
Pathos
Logos

Reste les cas de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron. L’absence d’enjeu sur leur candidature et leur qualification au second tour plombe cette campagne depuis le début. La décomposition politique amorcée depuis cinq ans continue et ces deux candidats entendent bien rejouer le match retour du second tour de l’élection de 2017.

Score des composantes du discours de Marine Le Pen
Ethos
Pathos
Logos

Aussi, chacun se contente d’un service minimum en s’appuyant, sans erreur et sans surprise sur leurs forces : le catastrophisme (pathos) et la chef de clan (ethos) pour Marine Le Pen, le technicien (logos) et le chef de l’État (ethos) pour Emmanuel Macron.

Score des composantes de la lettre d'Emmanuel Macron
Ethos
Pathos
Logos

Si la rhétorique peut beaucoup, elle ne peut pas tout. Il reste encore quelques semaines d’une campagne incertaine dans un contexte de crises successives particulièrement déroutantes.

Plus que jamais, ce seront les électeurs qui auront le dernier mot, et leur choix d’aller voter ou non.

Notre étude complète en PDF prête à être téléchargée