Comment faire un rapport annuel ?

Une mise en page aérée et graphique pour dynamiser les données chiffrées et textuelles du rapport annuel

Chargé(e) de communication ou simple curieux, voici notre dossier complet avec tout ce que vous devez savoir sur le rapport annuel. Dans la première partie, retrouvez plusieurs définitions sur les différents rapports que vous pouvez rencontrer, ainsi que leurs usages et les tendances actuelles ! Dans la deuxième partie, découvrez notre plan en 6 étapes pour vous organiser et réussir votre rapport ! Enfin, dans la troisième partie, picorez nos trucs et astuces pour faire de votre RA un document inoubliable !

Ne manquez plus jamais nos prochains articles et analyses !

Contenus de la page

Rapport annuel : définitions, usages et perspectives

Pour comprendre l’utilité d’un rapport annuel dans la communication d’entreprise, il est important de faire un tour d’horizon de ses usages.

Qu’est-ce qu’un rapport annuel ?

Le rapport annuel est un outil de communication financière, qui en soit ne comprend aucune obligation légale de publication. C’est un document de communication qui peut éventuellement intégrer un rapport financier, un rapport de gestion ou tout autre document de référence, eux légaux.

Ce qu’est un rapport annuel

En tant qu’outil de communication, le rapport annuel présente chaque année de manière didactique et simplifiée les données d’activité et financières d’une entreprise, quelle que soit sa taille.

Définition du rapport annuel

Le rapport annuel est un document graphique, édité sur papier ou digital, qui présente à l’issue de chaque exercice, l’activité et résultats d’une entreprise, cotée ou non. Ce document n’a aucune nécessité légale, contrairement à certains rapports financiers, rapport de gestion ou encore de documents de références.

Les caractéristiques du rapport annuel

Traditionnellement, ce document reprend les activités phares de l’entreprise, les éléments stratégiques choisis par la gérance et le bilan financier plus ou moins détaillé de l’exercice.

Les éléments accessoires du rapport annuel

Mais le rapport annuel peut aussi intégrer des données extra-financières, tels qu’une étude d’évolution des ressources humaines ou encore des éléments clés de la politique socialement responsable de l’entreprise. Le rapport annuel n’étant pas un document légal à proprement parler, c’est à l’entreprise elle-même de choisir le niveau d’information qu’elle souhaite fournir ainsi que la forme qu’elle veut donner au document.

La forme du rapport annuel

Les lecteurs de rapport annuel attendent que le document facilite leur lecture au maximum, en mettant en valeur les données essentielles à retenir. La simplicité doit être votre maître-mot. Les tableaux doivent être suffisamment clairs et bien intitulés, la typographie grande et lisible. Dans l’idéal, qu’il soit sur papier ou digital, une maquette aérée s’impose si vous souhaitez divulguer votre information financière en toute transparence.

Ce que n’est pas un rapport annuel

Le rapport annuel étant un objet de communication financière et non un document légal, il ne remplacera pas les documents juridiques que vous devez transmettre au tribunal de commerce ou à vos autorités de contrôle. Cependant, certaines entreprises choisissent d’intégrer dans leur rapport annuel ces documents légaux : rapport de gestion, rapport financier, déclaration des commissaires aux comptes, comptes annuels sociaux et consolidés, le rapport de référence, les règles de méthode comptables…

Un rapport annuel n’est pas un rapport de gestion

Le rapport de gestion est un document rédigé par le gérant d’une entreprise (ou les directions concernées le cas échéant) qui apporte un éclairage sur la situation de la société à la fin de l’exercice concerné et ses perspectives. Ce rapport engage l’entreprise. Il explique aussi les comptes sociaux déposés. C’est une annexe du bilan. Le rapport annuel peut intégrer le rapport de gestion.

Un rapport annuel n’est pas un rapport financier

Le rapport financier annuel est un document légal transmis lors des assemblées générales des entreprises cotées ou aux statuts exigeant sa rédaction et sa présentation à l’AG ou au conseil d’administration, comme les associations par exemple. Il présente les comptes annuels de l’entreprise. Un rapport annuel peut intégrer le rapport financier.

Un rapport annuel n’est pas un rapport RSE

Le rapport RSE (sur la Responsabilité Sociale de l’Entreprise) est un outil d’audit et de suivi de la démarche de responsabilité sociale et de l’entreprise. Il est structuré autour d’indicateurs présentant l’évolution des pratiques de l’entreprise et ses objectifs. Le rapport annuel peut intégrer un rapport RSE.

Un rapport annuel n’est pas un rapport intégré

Le rapport intégré est une forme évoluée du rapport annuel, qui concerne les entreprises cotées pour le moment (CAC40 et SBF 120). Outil récent et toujours en cours de structuration, il permet de montrer la performance économique d’une entreprise et ses performance sociale, sociétale et environnementale. Les critères de performances ne sont donc plus uniquement fondés sur une performance financière, mais aussi sur des critères extra-financiers. Car désormais, les entreprises doivent prouver et présenter leur utilité sociale, ainsi que leur raison d’être. Le rapport intégré n’est pas un exercice à la portée de toutes les entreprises. Il n’empêche que de plus en plus d’entreprises intègrent des critères ESG (Environnemental, social et gouvernance) dans leur rapport annuel.

Pourquoi faire un rapport annuel ?

Publier un rapport annuel pour une entreprise se révèle souvent utile pour présenter la bonne santé économique de la société, montrer sa réussite, dissiper des doutes ou faire preuve de transparence. Ce document étant un exercice de communication et non un exercice légal, c’est à l’entreprise elle-même d’en évaluer l’utilité.

Cependant si on vous demande d’écrire un rapport annuel pour votre entreprise ? Dans un premier temps, il faut tenir compte des obligations légales liées à la taille et à la forme juridique de la structure.

Qui est concerné par le rapport annuel ?

Techniquement, aucune entreprise, le rapport annuel n’étant pas un document légal, mais pouvant contenir des rapports obligatoires ou documents de références.

Les entités pour lesquelles le rapport annuel semble obligatoire

La majorité des entreprises et autres types d’organisations sont obligées de produire des bilans.

Si votre entreprise est cotée en bourse, vous devez donc vous référer aux obligations de l’autorité des marchés financiers (AMF) .

Il en est également de même pour les entreprises bancaires, de crédits de gestions de fonds, d’épargne ou d’investissements, dont les documents de référence pour contrôle sont soumis à l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) , un organe de la Banque de France.

Les entités pour lequel le rapport annuel n’est pas obligatoire

Si vous êtes une entreprise non cotée, vous devez vous renseigner auprès du greffe du tribunal de commerce de votre siège social pour connaître les documents à déposer auprès de leurs services.

Le cas particulier du rapport annuel d’une association

L’association à laquelle vous appartenez n’est pas dans l’obligation de rédiger un rapport annuel. En revanche, le trésorier doit chaque année présenter le bilan financier de votre organisation lors de l’assemblée générale. Ce sont les membres de l’assemblée générale qui votent et valident les comptes. Selon la taille de votre association, il peut être pertinent de communiquer à vos membres et à vos partenaires des données financières : usage des dons, frais d’administration, évolution des besoins … Un rapport annuel peut-être un bon outil de communication pour prouver la transparence de votre gestion, de démontrer l’utilité sociale de votre association et de présenter vos objectifs à venir.

Pourquoi rédiger un rapport annuel même s’il n’est pas obligatoire ?

On peut trouver deux bonnes raisons de réaliser un rapport annuel pour votre structure. Tout d’abord pour votre organisation elle-même. Le rapport annuel en tant que rapport de l’activité durant l’exercice, vous permettra d’établir un bilan de ce que vous avez fait, avec votre équipe durant tout l’exercice. Et de vous interroger : est-ce que cela a fonctionné ? Comment faire mieux ? Ce bilan vous permettra aussi de faire un point sur vos démarches en cours et sur votre stratégie.

Ensuite, présenter votre bilan et vos chiffres au monde extérieur peut se révéler un acte de communication fort et apprécié.

Une infographie décalée, avec de vrais chiffres, en lieu et place du traditionnel rapport annuel
En quelques images et chiffres, les données financières des petites entreprises créent de la confiance.
Anticiper une attente sociétale de transparence

Aujourd’hui, le consommateur, l’usager ou le militant est mieux informé et donc plus proactif. Lorsqu’il se demande comment trouver le rapport annuel d’une entreprise, celle-ci doit déjà faire face à un biais et à une possible suspicion.

En effet, les clients et les pouvoirs publics attendent des entreprises, non seulement une honnêteté financière, mais également une grande transparence sur leurs agissements et leurs objectifs. Dès lors, le rapport annuel doit devenir plus qu’un document financier : c’est la narration des actes d’une entreprise.

Du public

Le grand public, c’est-à-dire vos clients, mais de manière plus générale les citoyens, veulent savoir à qui ils achètent leurs produits et services. Et en matière de transparence, l’idéal est que l’entreprise prenne les devants. Et ne soit pas accuser par la suite de cacher des informations.

De la presse

La presse, relai des citoyens, recherche des informations récentes et des données chiffrées sur lesquels se fonder pour rédiger des articles économiques. Ainsi votre entreprise peut être sollicitée pour participer à des dossiers thématisés par la presse professionnelle.

De vos partenaires

Un nouveau prestataire souhaite travailler avec vous ? Un nouveau client professionnel ? Il va se référer aux données qu’il trouvera sur internet et sur les sites reprenant sur les données du tribunal de commerce. Autant donc lui fournir vous-mêmes les informations que vous aurez choisies.

Maîtriser votre propre communication

L’entreprise a tout intérêt à divulguer elle-même les informations financières et ses différents bilans RSE ou RH. En effet, elle choisit ainsi les chiffres qu’elle veut valoriser et anticipe les questions des interlocuteurs. Sa communication est donc positive et pondérée, car elle n’a pas à réagir à une demande d’information complémentaire.

C’est vous qui tenez la plume

Fournir une information chiffrée en amont dans votre rapport annuel permet à l’entreprise de la commenter et d’en donner toutes les explications nécessaires, sans avoir besoin de se justifier. Par ailleurs, vous pouvez ainsi transmettre d’autres messages importants pour le développement de la structure, sur ses valeurs ou encore sa gouvernance.

Le rapport annuel est un des documents de référence de votre communication

Le rapport annuel devient alors un rendez-vous régulier, une référence en matière de contenus pour la communication de votre entreprise. C’est une référence technique et stratégique qui guidera la communication de l’exercice suivant.

Le rapport annuel est aussi un outil marketing

Désormais, la communication d’entreprise et de marque dépasse celle des produits ou services. Pour développer vos marchés, vous devez également vous appuyer sur votre image de marque. Et votre rapport annuel vous permet de vous raconter, et de vous présenter dans l’action de votre quotidien d’entreprise.

Ce que les rapports annuels ne devraient pas dire

Rédiger son rapport annuel est un exercice de discours d’entreprise intéressant. Car le vocabulaire utilisé et les mots « interdits » par l’entreprise peuvent permettre de déceler des évolutions au sein de l’organisation. C’est ce qu’a révélé une étude intitulée « Lazy prices », écrite en 2015 par 3 chercheurs de la Harvard Business School et de l’Université de Chicago.

Une étude approfondie de la charte éditoriale et du vocabulaire de votre entreprise devient alors un exercice intéressant pour connaître le sous-texte porté.

L’évolution des formes de rapport annuel

Depuis plusieurs années, les entreprises, particulièrement les entreprises cotées, font évoluer leur rapport annuel. La règlementation leur demande de rendre public plus d’informations sur leur gestion et leurs finances. Par ailleurs, Les données extra-financières deviennent incontournables.

Vers plus de rapport intégré pour les grandes entreprises ?

Les grandes entreprises cotées ont désormais l’obligation de présenter leur « raison d’être », au-delà de leur réussite financière. Pour cela, elle intègrent désormais de nombreux critères dits extra-financiers dans leurs bilans. L’idée étant d’intégrer leurs impacts environnementaux, sociaux et sociétaux et de les monétiser, tout comme les bilans financiers. Le bilan économique n’est donc plus le seul qui vaille, il est contrebalancé par le bilan moral de l’entreprise.

Vers un rapport annuel plus marketing ?

Si le rapport annuel est un outil de communication corporate, il peut également être un document marketing. Ainsi, il illustrera les attentes clients et présentera des contenus de brand marketing, en valorisant l’expérience client par des témoignages par exemple. Il soulignera également l’activité de l’entreprise, ses développements de nouveaux produits ou services. Enfin, il évoquera moins les investissements et les résultats nets.

Un motion design sur mesure et haut en couleurs pour la Carac
Animation en motion design accompagnant le rapport annuel de la mutuelle Carac.

Comment élaborer un rapport annuel en 6 étapes clés ?

Vous devez produire un rapport annuel à partir des données du service comptabilité. Votre rôle de communicant est de rendre ses informations chiffrées accessibles et intéressantes pour les différents publics de votre entreprise. Voici quelques étapes indispensables pour la réalisation de ce support.

(1). La règle d’or : penser à votre lecteur

En effet, il est important de garder à l’esprit qu’il y a de fortes chances pour que votre destinataire démarre sa lecture en se demandant comment lire un rapport annuel !

Tout d’abord, comme pour tout document, demandez-vous quel sera votre lectorat. S’agit-il uniquement de professionnels rompus à l’analyse financière (investisseurs, banquiers, analystes, presse sectorielle…) ? Ou bien souhaitez-vous aussi vous adresser à vos clients et à la presse grand public ?

Car si les informations transmises seront les mêmes, c’est le niveau de détail et leur présentation qui sera distinct.

(2). Anticiper pour bien préparer son rapport annuel

Comme pour tout marathon, la préparation en amont est impérative. Un rapport annuel, d’autant plus s’il s’agit d’un rapport intégré, demande une veille interne pour obtenir le maximum d’information de la part des différents services de l’entreprise. Durant toute la durée de l’exercice, pensez à récolter les données stratégiques ou marquantes pour pouvoir vous y référer le moment venu. De même pour les visuels. Récupérer mes différents logos, prises de vue et autres post Instagram en amont auprès de vos collègues. Cette bibliothèque de données vous servira pour structurer d’un point de vue éditorial votre support car vous aurez une connaissance globale des enjeux. Vous aurez également assez de matière pour rédiger et illustrer votre document.

Les créatifs chez Rhetorike disposent réellement de quatre bras.

Elaborer le rétroplanning de publication de votre rapport annuel

Pour tous les projets de longue haleine, il est fortement conseillé d’établir un planning prévisionnel et de s’y tenir. Soyez réaliste ! Un rapport annuel ne s’écrit pas, ni ne se réalise en une semaine. Pensez aux plannings de vos différents interlocuteurs, prestataires, et surtout valideurs.

(3). Mobiliser les ressources en interne

Le rapport annuel étant la retranscription du travail de toute une année pour l’entreprise, c’est un exercice collectif. Chaque service est concerné par sa réalisation à des degrés divers. Fort enjeu politique en interne, le rapport annuel nécessite aussi l’approbation des managers, pour ne froisser aucun ego.

Créer un comité de pilotage

L’idéal pour réaliser un rapport annuel est de mobiliser différents collaborateurs en interne. Grâce à leur crédibilité professionnelle et leur compétence, ils vont porter et améliorer le support. Travail collaboratif, votre rapport sera d’autant plus vite lu et adopté par l’interne.

Identifier et savoir solliciter les différentes ressources

Une fois votre comité de pilotage crée, vous devez identifier les personnes ressources au sein de votre structure. Vos alliés sont variés :

  • Les comptables, bien entendu, pour la véracité des chiffres et la vérification des tableaux.
  • Les responsables de service qui vous indiqueront les faits marquants dans leur domaine.
  • Les personnes en charge de l’organisation qui ont une vision transverse de l’entreprise.
  • Des relecteurs qui avec une bonne orthographe et un sens critique vous aideront à traquer les erreurs et les incongruités.
  • Vos dirigeants, car c’est à eux que reviendra la responsabilité d’endosser les informations fournies dans le rapport.

Vous pouvez aussi vous entourer de prestataires extérieurs qui vous soulageront dans la réalisation du document : rédacteur, photographe, maquettiste, secrétaire de rédaction…

(4). Convaincre les différentes directions de collaborer

Il n’est pas toujours facile d’emmener avec soi le reste de l’entreprise dans la réalisation de votre document. Les services ont peu de temps à consacrer à ce support et n’y voient pas toujours l’intérêt stratégique pour l’entreprise. A vous de les convaincre qu’il s’agit plus qu’une énième plaquette.

Prémâcher le travail

Le plus efficace est souvent de préparer en amont le travail des rédacteurs. Vous pouvez leur fournir des notes de cadrage leur décrivant les éléments rédactionnels que vous souhaitez ainsi que le calibrage. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec eux et les interviewer. Ils auront préparé en amont les informations et leur intervention, sans avoir à rédiger.

Suggérer une opportunité de faire connaitre et valoriser leur travail

Un autre argument peut convaincre : le rapport annuel est un bon moyen de présenter et valoriser le travail de vos collègues. Proposez de mettre en valeur un membre de l’équipe sous forme de verbatim ou en photo !

(5). Organiser les informations de votre rapport annuel

Ce document, comme nous l’avons vu précédemment, est à la fois un objet de communication et un agrégat de documents légaux. Il est donc essentiel de savoir en amont ce que vous devez et souhaitez y mettre.

Les obligations légales

Selon la taille, la forme juridique de votre structure et votre secteur professionnel, les obligations de publicité sont différentes. Renseignez-vous auprès de votre service comptable, l’expert-comptable ou le commissaire aux comptes, ou encore le service juridique, pour en avoir le cœur net.

Les messages que vous voulez faire passer

Une fois que vous connaissez vos obligations, interrogez-vous et votre direction sur les messages clés que vous souhaitez faire passer dans votre rapport annuel. On ne le répète jamais assez, il est un moyen idéal de maîtriser votre communication financière. Et la forme et le fond vont de pair. Comment illustrer la performance ? Comment parler de réussite ou d’échec ? C’est là que le communicant rentre en scène.

Ce qui intéressera le lecteur

Si vous pensez aux messages que vous souhaitez émettre, n’oubliez pas les messages que souhaitent recevoir vos lecteurs. Vos actionnaires veulent être rassurés suite à des choix stratégiques ? Vos clients veulent savoir l’usage des bénéfices de l’entreprise ? Les collaborateurs veulent s’assurer de la bonne santé financière de leur filiale ?

(6). La diffusion de votre rapport annuel

Comme pour tous les supports de communication, réfléchissez aux usages de vos lecteurs avant de choisir votre mode de diffusion. Car sur papier ou en pur web, vous n’aurez pas les mêmes résultats, ni les mêmes publics. Comme tous les nouveaux supports, le web vient compléter la gamme des possibles sans pour autant supprimer les productions papier. Et l’argument écologique n’est pas toujours pertinent : la consommation de C02 pour l’usage d’internet peut être plus néfaste que l’usage d’un papier recyclé imprimé localement.

Le print

Le papier a de l’avenir. Surtout si vous souhaitez que votre support soit conservé comme un document de référence et lu. Encore aujourd’hui, la majorité des lecteurs préfèrent lire sur un document physique. Par ailleurs, l’objet livre peut-être en lui-même un message de communication, par le choix de sa forme, de son papier, de sa couleur… D’autant plus si vous voulez lui donner un aspect élégant voire luxueux. Mais le papier à quelques défauts : vous ne pouvez pas mettre à jour les informations, la recherche d’information est plus limitée, la logistique est plus complexe et onéreuse.

Le web

Faire un rapport annuel entièrement web est une autre possibilité qui présente de nombreux avantages : vous pouvez agrémenter votre document d’infographies interactives, de vidéo, de motion design et autres supports digitaux. Vous pouvez également structurer votre rapport de manière moins linéaire grâce aux différents renvois et liens. Et vous faciliter l’accès à l’information grâce aux champs de recherche. Mais, les internautes intéressés par vos données financières n’étant pas des digital natives, ils vont vouloir télécharger le document en format PDF pour l’imprimer et pour le lire sur papier. C’est aussi une option possible. Mais alors votre rapport annuel risque de devenir un document de travail, et non plus un objet de communication, dans lequel on cherche des informations, sans prendre le temps de le lire attentivement.

Chaque support à ses avantages et inconvénients. C’est grâce à votre stratégie éditoriale que vous saurez lequel est le plus adapté à vos attentes et celles de vos lecteurs.

Sous-traiter à une agence de communication spécialisée dans les rapports annuels

Pour des raisons d’organisation, un chargé de communication peut ressentir le besoin d’externaliser tout ou partie de la réalisation de son rapport annuel. Dans ce cas, il peut être intéressant de se tourner vers une agence de communication qui dispose d’un savoir-faire dans la gestion des rapports annuels.

Une organisation du travail différente

L’organisation du travail sera différente si vous externalisez. Votre travail consistera plutôt à faire le lien entre votre entreprise et le prestataire dans la recherche d’information ou du bon interlocuteur. Et vous incombera toujours les phases de validation. Quant à la rédaction, la production visuelle et le graphisme, c’est votre ou vos prestataires qui s’en chargeront.

Trouvez une agence rigoureuse, avec une approche méthodique.

Comment trouver la bonne agence pour votre rapport annuel ?

La bonne agence est celle qui vous fournira le document le plus adapté à vos contraintes et à votre budget. Selon vos choix, vous devrez chercher une agence de communication qui correspond à vos attentes :

  • ce sera une agence graphique si vous souhaitez de la mise en page,
  • vous devez envisager une agence éditoriale si vous souhaitez un accompagnement sur le fond et la forme de votre document,
  • enfin, tournez-vous vers une agence éditoriale et graphique spécialisée si vous désirez un accompagnement complet.
Un extrait de la planche d'ambiance réalisée pour Arper pour définir l'univers dans lequel évoluera notre motion design
Recherches graphiques / planche tendances.

Une chose est sûre : si vous avez décidé de réaliser et diffuser un rapport annuel sous forme papier ou web, adressez-vous à des experts. Le budget sera plus important, mais le résultat à la hauteur de vos efforts financiers, de votre temps passé sur le projet et de l’implication des équipes en interne.

Les points de vigilance sur le déroulé de la prestation

Comme pour tout travail avec une agence de communication, soyez vigilant sur certains points qui vous indiqueront le sérieux de vos interlocuteurs :

  • La dimension du conseil et la personnalisation de l’offre : avez-vous quelqu’un de dédié qui répond au téléphone ? En combien de temps avez-vous une réponse ? Quel est le niveau de compréhension de vos enjeux ?
  • La crédibilité du planning : est-il réaliste ? Tient-il compte de vos contraintes en interne ?
  • La lisibilité du devis : est-il complet ? Toutes les prestations sont-elles incluses ? Y a-t-il des coûts cachés ?
  • Les droits de propriétés sur les fichiers : les fichiers sources sont-ils fournis à la fin ? Les accès au CMS pour les versions web ? Le prestataire utilise-t-il des versions piratées des logiciels de mise en page ?
  • Le niveau d’assurance en matière de protections de données confidentielles ou de protection informatique.

Comment faire un bon rapport annuel ?

Pour finir, voici un petit pot-pourri de conseils pour faire un beau et utile rapport annuel.

Print ou web : les nouveaux formats de rapport annuel

Papier ou site dédié : telle est la question. Si vous débutez dans la réalisation d’un rapport annuel, nous vous conseillons de commencer simplement avec un rapport annuel papier que vous pourrez diffuser en PDF sur internet au besoin. Vous pourrez ainsi vous faire la main et maîtriser les enjeux avant de vous lancer dans la révolution web.

Dans tous les cas, un important travail sur la maquette est nécessaire

Peu importe le support, soignez la forme. Comme toujours, et comme disait Victor Hugo « la forme, c’est le fond qui remonte à la surface ». Si vous voulez être lu, rendez la lecture agréable.

La face B de notre rapport annuel parodie les pages d'infographie en présentant des chiffres absurdes

Quel ton et quelle cible pour mon rapport annuel ?

Le ton de votre rapport annuel doit correspondre à celui de votre communication habituelle. Si votre style est très factuel et corporate, conservez-le. Idem si vous avez pour habitude d’avoir une communication chaleureuse. Le rapport annuel peut être aussi le moment de prendre position sur des sujets importants touchant à votre secteur d’activité.

Le style : à varier et renouveler chaque année ?

Le style n’est pas forcément à renouveler. Votre lecteur aimera retrouver la voix de l’entreprise telle qu’il la connaît. Mais la forme éditoriale peut, elle, évoluer et se moderniser selon les modes.

Le storytelling : un bon moyen de dynamiser la lecture de votre rapport annuel

Si vous maîtrisez l’exercice du rapport annuel, et que le rapport factuel d’événements et de données trouve ses limites, introduire du storytelling (l’art de raconter une histoire) peut être pertinent. Comment ? En valorisant l’humain et les anecdotes dans un premier temps. Puis à terme de raconter la légende de l’entreprise.

Comment introduire un rapport annuel : l’importance de l’éditorial et du discours du dirigeant

On l’a vu, le rapport annuel est un équilibre entre données financières et extra-financières, stratégie et histoires. Très souvent, le rapport annuel est préfacé par une tribune ou une interview du ou des dirigeants. Ce petit texte, comparé aux nombreuses pages du rapport, demande beaucoup d’attention. Car il va porter en quelques lignes les attentes de vision d’avenir que doit porter la direction. Et c’est cet éditorial qui donnera le ton au reste du rapport. Ne le négligez pas !

Nous avons vu, dans cet article, le rôle de rapport annuel, la manière dont on l’élabore et enfin quelques recettes pour réaliser un document utile et apprécié. Nous vous avons présenté les différentes formes de rapport annuel. A vous de jouer !