Fallout 76

Gerard face à la pénurie d’essence

Inutile de se mentir, l’expédition fluviale était une idée désastreuse. Pourtant, sur le principe, c’était relativement malin. Sur l’eau, pas de vilains insectes mutants, pas de rongeurs gros comme des bœufs et pas d’êtres approximativement humains assoiffés de sang. Certes, tout cela est bien joli, mais il n’en demeure pas moins qu’un canoë gonflable n’est pas le plus sécurisé des navires, et je m’en suis vite rendu compte. L’état de décomposition du précédent propriétaire aurait dû me mettre la puce à l’oreille.

Que voulez-vous, avant la guerre, j’étais responsable de la communication dans un groupe d’assurance moi, pas marin ! Bref, au bout d’à peine quelques kilomètres, mon rafiot de fortune a coulé. Je me retrouve donc au milieu des collines de Virginie-Occidentale, à moitié trempé et sans aucune idée de vers où me diriger. Ma quête d’une distillerie digne de ce nom n’est pas près d’aboutir… Il me faut une stratégie.

456043ad-4211-4c2e-b6aa-871c2b858b84

Superbe citadine, excellent état, presque jamais servie, bonne affaire à saisir.

En attendant, me voilà de nouveau à errer au petit bonheur la chance, trouvant ici-et-là des boîtes de conserve à l’allure franchement douteuse. Je déniche tout de même une magnifique batte de baseball ! Entre mon vieux fusil, cette batte et mon couteau, les créatures mutantes vont trembler de peur, c’est certain.

Un bot très corporate

Je réussis à rejoindre une route. Et qui dit route, dit véhicule. Sans doute un bien meilleur plan que le bateau pneumatique. Je repère assez vite une minuscule voiture individuelle un peu plus épargnée que le reste des engins des environs. Bon, il n’y a plus de pare-brise, le fauteuil est éventré et il manque un rétro, mais ma foi, elle a quatre roues et toujours l’essentiel de ses pièces électroniques, c’est mieux que rien. Alors que je tente de bidouiller le tableau de bord pour la démarrer, je suis surpris par un bruissement métallique peu rassurant.

Player657001280_Fallout76_20181129_12-46-37

Home run en vue.

« Vous êtes en état d’arrestation », me lance une voix robotique éraillée. Je lève les yeux au ciel en me retournant pour faire face au Protectron. Sérieusement, la civilisation s’est éteinte, et moi, je vais me faire coffrer par un robot policier pour le « vol » d’une voiture dont le propriétaire est réduit en poussière atomique depuis longtemps ?!

Ok, j’ai toujours obéi scrupuleusement à la loi, mais là, il ne faut pas pousser. Pas le temps de tenter d’entrer en communication avec le tas de boulons. Maintenant, j’ai des préoccupations plus pressantes. Et, de toute façon, ce n’est pas comme si le commissariat du coin existait toujours. Ni une, ni deux, j’agrippe ma batte de baseball et assène un violent coup au robot. Le représentant de l’ordre a beau émettre de bruyantes protestations, rien n’y fait, je l’écrase aussi méthodiquement que les pistes créatives de mes subordonnées lors de nos briefs. Le bon vieux temps…

Le coup de la panne

Soulagé et curieusement satisfait par cet accès de violence, je me remets à mon ouvrage et suis particulièrement fier de moi lorsque je réussis à faire vrombir le moteur de la voiturette. Pour très vite déchanter. Le moteur à énergie nucléaire est certes toujours en état de marche, mais le véhicule hybride nécessite malgré tout du carburant. Et il n’en a plus une goutte. Je soupire. Tout ça pour ça ? Résigné, je me mets en quête d’une station-service. Sur un malentendu, je pourrais bien dénicher quelques litres de précieux carburant.

Player657001280_Fallout76_20181129_12-30-45

A ce prix là, Gerard est à deux doigts d’enfiler son gilet jaune !

Après plus de dix kilomètres parcourus, et alors que le jour commence à tomber, je finis par trouver mon bonheur. Du moins, c’est ce que j’espérais à première vue. On pourrait penser que la fin du monde aurait au moins eu le mérite de laisser les choses en état.  Mais que nenni, les cuves de la station sont aussi vides que lors d’une panique collective face au risque de pénurie en France ! Je crois qu’il est temps de me faire une raison, je vais devoir compter sur mes jambes.

Je n’aurais jamais du sécher les cours de fitness proposés par le comité d’entreprise…

 

Catégories :Fallout 76