Cultures en pots

Intolérable cruauté

Après avoir « volé la vedette » (rien que ça) aux scribes de l’agence avec le mot de la fin rédigé pour la dernière newsletter, me voilà devant vous — enfin pas vraiment, mais un peu de mise en scène n’a jamais tué personne — pour vous livrer mon avis sur la série Kidding. Peut-être en avez-vous entendu parler ? Si ce n’est pas le cas, laissez-moi vous en faire le résumé.

Kidding est une comédie dramatique américaine créée par Dave Holstein (scénariste de Weeds). Elle est en partie réalisée par Michel Gondry (#cocorico #78représente) Le rôle principal est tenu par Jim Carrey (#splendiiiide). Il y interprète Jeff Piccirillo, alias Jeff Pickles, un présentateur d’une émission éducative pour enfants. Véritable icône du petit écran, Jeff incarne un modèle de générosité et de gentillesse. Mais derrière cette bonhommie apparente, se cache une immense douleur : la perte d’un de ses fils, un an plus tôt, dans un accident de voiture (#fun). Décidé à affronter sa peine, il se met en tête d’écrire une émission. Son objet : expliquer la notion de mort aux plus jeunes. Le hic : son père, le producteur, refuse catégoriquement la réalisation d’un tel épisode.

J’ai découvert Kidding dans les meilleures conditions qui soient, à savoir, sans n’avoir lu ni synopsis, ni critique, ni vu aucun trailer. Une forme d’exploit de nos jours. La seule chose qui avait retenu mon attention : la présence de Jim Carrey au casting et Gondry à la réalisation (#fangirl). Et je l’avoue, mes attentes vis-à-vis de ces deux hommes n’ont pas été déçues. On retrouve dans la mise en scène de la série toute la poésie et l’amour du système D du Français.  à travers notamment le traitement du show télévisé, un monde imaginaire peuplé de marionnettes plus loufoques les unes que les autres. Jim Carrey, quant à lui, crève l’écran. La gestuelle élastique de l’acteur, devenue quasi-iconique, s’est vue additionnée avec les années d’une formidable force dramatique. Car si le personnage de Jeff arbore un sourire en toute circonstance, on ne peut passer à côté de l’infinie tristesse de son regard. Un contraste fort, poignant, en adéquation totale avec le double ton de la série : la tragédie comique.

Bien que Kidding aborde des thèmes graves, tels que le deuil, la maladie ou encore la solitude, la série arrive à « égayer » ces moments de profondes mélancolies par des éclairs de lumière, teintés d’humour et de poésie. Je le concède, il m’est arrivé de pleurer plus d’une fois (#madeleine), mais j’ai eu également de francs éclats de rire, tant certaines situations étaient absurdes et décalées avec le reste du récit.

Bref, si vous souhaitez faire une pause entre deux visionnages de séries épico-médico-policières, je vous recommande plus que chaudement Kidding, tant pour sa réalisation que pour la galerie de personnages qu’elle propose (oui, car comme ne le suggère pas ma chronique, il y a bien d’autres acteurs, en plus de Jim Carrey, mais je vous laisse le découvrir) et le traitement qu’elle en fait.

Kidding, créée par Dave Holstein, réalisée par Michel Gondry
Acteurs : Jim Carrey, Frank Langella, Judy Greer, Cole Allen, Catherine Keener…
Diffusée sur Canal + Série
Saison 1 : 10 épisodes
Saison 2 (finale) : 10 épisodes à venir

Image de couverture : © Showtime

Catégories :Cultures en pots