Fallout 76

L’Odyssée de Gerard

Après une nuit agitée à prier pour ne pas me faire dévorer dans mon sommeil par les opossums mutants rôdant aux alentours du bâtiment, je décide de me reprendre en main. C’est bien gentil de gambader dans les bois et de squatter les restaurants en ruines, mais c’est que j’ai une mission moi ! Repeupler l’Amérique ? Ah non, je laisse ça aux autres cinglés de l’abri 76. Un peu de sérieux, on était quoi ? Quelques centaines, un millier tout au plus. Bref, si on s’amuse vraiment à repeupler les Terres Dévastés, on va juste finir par se retrouver dans quelques générations avec un tas de consanguins. Cela dit, je me souviens avoir lu dans un bouquin que c’était une spécialité historique de la Virginie-Occidentale… Mais je ne cautionnerai pas tout ceci, alors je me contenterai d’une quête beaucoup plus prosaïque : trouver une distillerie pas trop déglinguée, et relancer la production d’alcool dans les Terres Dévastées. Voilà, ça, c’est un objectif noble et d’intérêt public !

fallout76-gerard-coeur-camp

Avec une mission qui lui tient autant à cœur, Gerard est prêt à soulever les montagnes.

Fini la rigolade, je récupère un couteau en relativement bon état en farfouillant le dinner, puis je m’en sers pour fabriquer quelques protections sommaires avec le cuir d’un opossum géant qui traînait par là. À la guerre comme à la guerre. Plus qu’à trouver une carte de la région, et en route pour l’ivresse ! Mais en attendant, j’ai soif, d’eau pour le coup, et vu la gueule de ce qui sort des robinets, mieux vaut trouver une source un peu plus claire… Adieu, petit dinner, Gerard part à l’aventure, et l’aventure commence par une rivière.

C’est relativement facile à trouver quand on est dans un trou paumé du fin fond de la Virginie-Occidentale. Qui dit montagne dis cours d’eau un peu partout, mais je ne suis pas déçu quand j’y arrive. Il y a des… gens. Je dis seulement « des gens », parce que je ne sais pas trop comment les qualifier autrement. De loin, on dirait des humains tout à fait normaux, sur deux pattes, avec des habits, mais à mesure que je m’approche ils m’apparaissent de moins en moins normaux. Ils sont trois. Et vu leur tronche, ils ont du un peu trop bronzé devant les radiations.

fallout76-irradie-gerard-rhetorike

Vous voulez peut-être une bouée de sauvetage ?

Je tente un vague bonjour, et ils me remarquent enfin. Sauf qu’ils n’ont vraiment, vraiment pas l’air d’humeur à causer. En fait, ils ont plutôt l’air de vouloir me dévorer vivant. Mais la vie post-apocalyptique se résume à manger ou être mangé ou quoi ?! Heureusement, ces pauvres gus complètement cramés sont plutôt patauds. Je les massacre sans remords à coup de hache. Hé, ne me jugez pas comme ça, je suis un gars sympa, mais pas au point de donner un bras ! Coup de bol, l’un d’eux se trimbalait avec un vieux fusil de chasse, même si visiblement il n’était plus capable de s’en servir. Quoi qu’il en soit, pour épancher ma soif, c’est plutôt râpé. Un quatrième de ces gus est en train de faire trempette. Vu comme il s’agite, je crois bien qu’il est bloqué. Mais en attendant, ça ne me donne vraiment pas envie de goûter la fraîcheur de la source.

fallout76-gerard-bateau-squelette

Mieux que la Santa Marià, admirez le Santo Gerard !

Résigné, je décide de remonter le cours d’eau, on verra bien où ça nous mène. Et puis, j’ai un superbe fusil maintenant, qu’est-ce qu’il pourrait bien m’arriver ? Je finis par tomber sur un canoé gonflable qui n’a pas vraiment réussi à son précédent propriétaire. Ma foi, j’ai demandé de l’aventure, non ? Et bien après l’odyssée d’Ulysse, c’est parti pour l’odyssée de Gerard. Mais d’abord, je suis bon pour souffler… heureusement que j’ai de l’entraînement avec les éthylotests…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories :Fallout 76

1 réponse »