Les trois-huit

Le vinaigre blanc, la potion des champions

Le vinaigre blanc est une recette de grand-mères – qui ne se boit pas – qui fait des miracles pour nettoyer et qui ne coûte presque rien. Il faut juste ajouter un peu d’huile de coude, comme disait justement la mienne. 

Non restez, ceci n’est pas un article d’économie ménagère, mais d’économie tout court. Voire même de management, de performance et de développement personnel. Rien de moins. 

Voici mon idée : les dirigeants d’entreprise devraient faire eux-mêmes le ménage à leur domicile (oui, c’est carrément osé, je sais). Pour rassurer les féministes de tout poil, qui vont hurler à une régression dans le combat pour la libération de la ménagère, je parle bien de tous les dirigeants, qui nous le savons bien, sont majoritairement des hommes.  

Super hero cleaner isolated on white

Gérard détient le record du quartier de récurage de WC, avec un chrono à 2,27′

Non que je souhaite aussi mettre au chômage les travailleurs dans les métiers de la propreté (dont les métiers sont valorisés à l’occasion de leur première journée nationale, notamment par ce spot TV particulièrement réussi signé par l’agence Achack), mais le ménage est un magistral outil de stratégie d’entreprise et de développement personnel.

Et pour en dégager trois avantages remarquables, rien de mieux que de mettre en scène votre servante une éponge à la main.  

1 – S’approprier son territoire . C’est un peu idiot, mais quand on passe la plupart de son temps en dehors de son domicile, on est toujours hors-sol, évanescent. C’est peut-être comme ça, mais c’est mentalement usant. Pour prendre une image guerrière, nous avons tous besoin d’une base à quitter pour partir en mission. Un havre, une caserne, un nid, un cocon, bref un endroit sécurisé dans lequel nous pouvons nous reposer et laisser nos soucis à la porte. Cependant, nous avons souvent tendance à considérer avec un point de vue totalement utilitariste notre propre domicile. Le fameux dodo, qui va avec le boulot et le métro. Or entretenir son domicile, passer l’aspirateur, dépoussiérer la bibliothèque, nettoyer les placards, c’est se réapproprier cet espace. C’est s’interroger sur la place des objets, dans les pièces et dans nos vies. C’est se souvenir de l’utilité ou de l’affection que nous avons pour tel ou tel bibelot. C’est se dépoussiérer soi-même. 

2 – Réinvestir le réel. Entre réunions stratégiques, boards financiers, réseaux sociaux, journaux, stratégie à long terme, interrogations juridiques et fiscales, prévisions à court et moyen terme… on en oublie l’instant présent. Certes, le dirigeant ne peut se permettre de vivre au jour le jour. Mais à se projeter continuellement dans un avenir qui est par nature incertain, la nervosité devient une compagne régulière. Et le monde des « si », nous fait passer à côté du vrai monde. Gratter à l’éponge, récurer avec patience oblige à s’arrêter. D’autant plus quand c’est une activité rébarbative et, avouons-le totalement inintéressante. Vous pouvez me rétorquer qu’il existe un nombre important d’activités physiques qui répondent aux mêmes critères, et qui elles sont plaisantes. Seulement récurer n’est pas une performance. Vous n’avez rien à vous prouver en récurant votre évier. L’humilité de la tâche est reposante.

3 – Se vider l’esprit. Est-ce que vous vous souvenez de l’épisode du sitcom « Big Bang Theory » dans lequel l’un des protagonistes, sorte de génie ingérable, devient, le temps de trouver la solution à un problème de physique quantique « busboy » (en Amérique du Nord, c’est la personne préposée à débarrasser les tables dans un restaurant) ? Pourquoi  ? Car il considère, avec une condescendance inerrante au personnage, qu’une tâche répétitive et sans intérêt, permettra à son cerveau de réfléchir au problème en fond de tâche. Dans l’épisode cela fonctionne. Dans la réalité aussi. Et comme pour la marche (vous savez ce truc inutile et fatigant), en récurant, l’esprit vagabonde. Rêver n’a jamais fait de mal, au contraire. 

Voilà au moins trois bonnes raisons de consacrer du temps au ménage. Le seul risque : confondre l’éponge avec votre smartphone.

Catégories :Les trois-huit