Tribulations actives

La phobie administrative

Passer de la petite vie tranquille d’étudiant à celle de jeune actif n’est pas nécessairement évident. Finis, les emplois du temps chaotiques qui laissaient du temps pour gérer toutes ces démarches administratives que nous aimons tant. La transition est rude, quand on a été paresseusement habitué à disposer d’une voire plusieurs après-midis, bien tranquilles, pour vaquer à ses petites affaires.

turn isolated on white background

Rusés, les Gérards poirotent en fil indienne à la porte de la cafétéria afin de ne pas dévoiler leur nombre au chef de salle, et de ne pas subir l’outrage du « deuxième service »…

Le premier round du passage à la vie active illustre parfaitement ce souci : le rattachement au régime général de la Sécurité sociale. En bon citoyen 2.0 biberonné à Internet, on se dit naïvement que cette simple démarche peut s’effectuer en quelques clics. Mais que nenni ! Alors on essaie d’appeler, sans succès, forcément. Quelle invention formidable, la musique d’attente, si efficace pour venir à bout des plus déterminés d’entre nous.

En désespoir de cause surgit l’idée de se présenter en chair et en os. Mais c’est sans compter sur des créneaux d’ouvertures évidemment incompatibles avec les horaires de bureau du travailleur lambda. Alors, demeure la bonne vieille solution du papier et du crayon. Remercions les administrations, grâce auxquelles les enveloppes ont encore de beaux jours devant elles. Problème, le courrier, c’est bien joli, mais c’est lent et ça ne réponds pas pour dire que les démarches sont bien lancées. Angoisse ultime pour un consumériste adepte de certitudes au bout du clic. Il ne reste donc qu’à croiser les doigts, pour espérer que tout est bien en ordre, afin de devenir un brave salarié dans les règles.

La morale de l’histoire ? Pour se moquer d’un éphémère secrétaire d’État atteint de « phobie administrative », il y avait du monde. Mais dans le fond… entre une araignée et une voix automatisée de standard téléphonique, personnellement, je n’ai guère d’hésitation sur ce qui est le plus effrayant.

Catégories :Tribulations actives