Cultures en pots

Dans la brume

Nous vivons une époque formidable.

Pensez-vous : à une époque pas si lointaine, nous devions nous contenter de 4,5 chaines de télé (3,5 pour ceux qui ne captaient pas M6) et de lasers discs importés. Maintenant, c’est tellement mieux : votre Apple TV dispose d’une intelligence artificielle intégrée qui est capable de vous dire que Netflix et Molotov diffusent les mêmes trucs en même temps, et que vous pouvez même les racheter sur iTunes ! À la vitesse de la fibre optique !

Et cette saturation de l’offre s’exprime aussi joliment au niveau des exclusivités, dont la créativité n’a d’égale que l’originalité :

  • épisode 1 : violence trash,
  • épisode 2 : sexe,
  • épisode 3 : torture (peut être combiné avec les deux précédents, ça dépend du PEGI choisi),
  • épisode 4 : on a plus d’idées,
  • épisode 5 : le showrunner a été débauché à la concurrence,
  • épisode 6 : y’aura pas de saison 2.

En attendant un salutaire crash de la production de divertissements, laissez-moi vous parler de ma gueule cassée préférée de 2017 : The Mist.

Businessman during fire alarm in office

L’air frais est près du sol Gérard. Juste à côté de tes pompes.

Voué à devenir légendaire, puisqu’il n’y aura qu’une saison, cette adaptation de la nouvelle de Stephen King mérite plus que son futur statut « culte », chiens de garde du temple inclus (enfin plutôt du tombeau ici). Bien sûr, ne comptez pas sur moi pour vous résumer le truc, avec ou sans spoilers d’ailleurs, Internet le fait très bien.

En revanche, je ne peux qu’inviter les curieux à se procurer l’ouvrage du King et de regarder la série, pour observer avec attention ce que l’on peut faire en racontant la même histoire, et en la développant. C’est absolument édifiant : le matériau d’époque date un peu et le travail réalisé pour le show TV, afin de coller aux attentes des spectateurs contemporains, est remarquable.

L’évocation furtive de Pointe-de-Flèche dans le texte, germe d’une trame beaucoup plus fournie dans la série, est à ce titre révélatrice, et particulièrement frustrante. Mais chose amusante, la série finit à peu près là où la nouvelle se termine. Ainsi sont faites les légendes…

Personne n’aurait le 06 de Bezos pour lui proposer de faire la saison 2 ?

The Mist, disponible sur Netflix, une série fantastique vachement plus cool que le fanboy service de Strangers Things (mais si, reconnaissez-le).

Brume, un livre en papier disponible dans les librairies de quartier. Mais si votre hispter-bouquiniste ne l’a pas « parce qu’il ne fait pas de roman de gare », allez directement sur Amazon. Nan mais sans blague.

Catégories :Cultures en pots