Leçons (im)pertinentes

RIP Merlin :'(

Nous avons l’immense tristesse de vous apprendre la disparition de Merlin. Il y a quelques minutes, ce dernier a passé la porte de la salle de réunion et n’est plus réapparu depuis. Bon, en fait, je mange de la place pour remplir le bloc résumé de texte, vous faire flipper et cliquer sur l’actualité.

Voilà, vous vous êtes fait avoir, bienvenu dans la leçon de Rhêtorikê sur les fake news.

L’art d’avoir l’R (im)pertinent : sixième leçon

« Le dialogue, relation des personnes, a été remplacé par la propagande ou la polémique, qui sont deux sortes de monologues. » L’Homme révolté, Albert Camus, 1951.

BREAKING NEWS : On a découvert un texte coécrit par Cicéron et Aristote au fin fond de notre base de données, nettoyée le mois dernier à l’occasion du RGPD ! Finalement ils ont été cryogénisés il y a des millénaires et sont toujours parmi nous ! #Rhêtorikê # information #truefact #approvedagency #lavéritésijemens

Ce que vous allez lire est incroyable.
Si, si, nous vous assurons que c’est vrai. Un document Word enregistré le 17 mai 2008 par un utilisateur dénommé Aristote et modifié le 27 avril 2018 par le profil de Marcus Tullius Cicero. On ne plaisante pas ! C’est un signe : les rhéteurs que nous sommes ont l’approbation des grands fondateurs de la rhêtorikê. Cela confirme le travail de qualité que nous pouvons fournir et notre capacité à choisir les bons et les beaux mots. Un argument qui vous montre que nous sommes l’agence qu’il vous faut !

Sinon pour de vrai… lisez ce qui suit, vous allez être choqué.
Nous aussi, chez Rhêtorikê, nous savons créer des fake news. Cet art d’utiliser les techniques et arguments (logos) et de surfer sur la crédibilité (ethos) de la presse ou de source sérieuses pour promouvoir sa vision du monde, serait pratiqué depuis l’antiquité. Mais il a atteint son pinacle au XXe, en devenant une puissante arme de guerre pour déstabiliser les régimes politiques en place. Comme la Legenda qui est devenue Story-telling, les Fake news sont la propagande 3.0.

Soyez attentif, nous vous dévoilons un secret : l’info truquée existe depuis la nuit des temps !
Au XVIIIe siècle, on parle de « canards », vendus à la criée dans Paris, qui relatent des faits divers imaginaires. Par exemple, en 1780, on pense les Parisiens assez crédules pour croire à la capture d’un monstre chimérique au Chili ! Outre Atlantique, à partir de 1830, se multiplient les « hoax », qui sont des bobards conçus pour écouler un maximum d’exemplaires de journaux.

Et pour conclure, votre tête à l’annonce de la disparition de Merlin, capturé sur votre webcam grâce à notre logiciel espion !

Catégories :Leçons (im)pertinentes