Les trois-huit

Marcel Proust et Merlin : une rencontre au sommet

[vc_row][vc_column][vc_single_image image= »1724″ style= »vc_box_circle_2″ css= ».vc_custom_1496751404747{margin-top: 15px !important;margin-bottom: 10px !important;} »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Vous l’attendiez tous… Aujourd’hui, c’est au tour de notre mascotte officielle d’être interviewée ! Merlin a accepté de répondre au questionnaire de Proust, sans langue de bois et… sans tabou.

Quel est ton principal défaut ?
Les débordements de joie incontrôlés (ceux qui connaissent Merlin comprendront).

Ton occupation préférée ?
Les os de buffle pressés et tenter de monter les escaliers (mais moins rester coincé au milieu).

Ton rêve de bonheur ?
Tourner avec Jean Dujardin dans The Artist 2. Je supervise actuellement un projet de biopic sur ma vie de chien, mais je ne peux pas en dire plus pour le moment… (à découvrir très prochainement chez Rhêtorikê).

Ce que tu voudrais être ?
Boucher-charcutier.

Tes compositeurs préférés ?
Les chiens chanteurs (http://www.deezer.com/artist/6717777).

Ce que tu détestes par-dessus tout ?
Le bain et l’épilation (car oui, un teckel s’épile), et être laissé seul au bureau. Ça me fait vomir.

Ta devise ?
Wif, wouaf, wouf, merci pour la bouffe !

 

Merci Waap! Simon Lagoarde pour ce portrait de star !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Catégories :Les trois-huit