Leçons (im)pertinentes

Narcisse ou la sélection naturelle

Âmes sensibles à l’humour grinçant, s’abstenir.
A ne pas reproduire chez soi, sous risque de graves blessures ou d’ego malmené.

 

La mythologie selon Rhêtorikê – épisode 1

Il était une fois un jeune homme si beau qu’il mourut bêtement en se noyant alors qu’il s’admirait une fois de trop dans le reflet de la rivière la plus proche. Oui, cette version du mythe de Narcisse est un peu taillée dans le vif, limite, taillée à l’os, mais vous avez l’idée générale.

C’est l’histoire d’un Gérard, et plouf !

D’ailleurs, vous y pensez souvent à Narcisse, lorsque vous vous baladez et que vous tombez sur ces gens bizarres, en tas, dont l’un tient un genre de club de golf (pour les plus techno-aware), et dont le cou prend un angle bizarre. Vous souriez et passez rapidement. Vous vous dites que vous, au moins, vous faites ça en privé, avec vos proches, notamment lors du dernier apéro, où vous avez fêté l’opération de la hernie discale de tata Josette. Une bien belle photo.

Or, le selfie tue.

On le savait déjà pour la honte, mais il semble qu’il tue vraiment. 49 malchanceux entre 2014 et 2015, relève le Guardian. Ce que l’on explique moins, c’est que 19 morts se sont produites en Inde. Un phénomène tel que la ville de Mumbai (Bombay) a interdit les selfies dans 16 zones considérées comme dangereuses. Et le timide journaliste de conclure hâtivement que cette hécatombe est certainement liée au marché du smartphone local et à la démographie du pays.

Nan mais en fait…

… le nom Narcisse vient d’un patois dérivé d’une langue proto-indo-européenne parlée au VIIIe siècle avant JC, dans cinq grottes occupées par des fakirs fous. Narcisse s’écrit à l’origine अहंकारपूर्ण, et veut dire « où as-tu encore mis la perche à selfie, vieille barbe ? ».

En attendant la journée mondiale de lutte contre les dangers du selfie et la plaquette du gouvernement pour nous apprendre à passer pour un idiot sur la voie publique en toute sécurité, restez prudent et changez de trottoir, ou consultez dès à présent les très sérieuses recommandations du ministre de l’Intérieur russe.

Merci de votre attention.

Post-scriptum : si vous avez fait du selfie « hors-piste », n’hésitez pas à poster vos œuvres en commentaire. Rhêtorikê n’aura aucun scrupule à s’associer à votre talent et à gonfler ainsi le trafic de sa page Facebook. En revanche, ne mettez pas en danger un animal, nous aurions des problèmes.

 

Catégories :Leçons (im)pertinentes